Les immigrants perçus comme d’aussi bons Canadiens

Près de 9 Canadiens sur 10 (89 %) croient que les immigrants sont tout aussi susceptibles d’être de bons citoyens que les personnes nées au Canada, selon un sondage sur la citoyenneté de l’Institut Environics, réalisé en partenariat avec CBC/Radio-Canada.

Pour plus du tiers des Canadiens sondés (35 %), le principal critère pour être un bon citoyen canadien est de respecter les lois. Les autres critères les plus populaires portent sur le fait d’être actif dans sa communauté (25 %), d’aider son prochain (17 %), d’être tolérant (15 %), d’adopter les valeurs canadiennes (12 %), de payer ses impôts (10 %), et de respecter les autres religions (9 %).

Parmi les critères qui préoccupent moins les Canadiens figurent le patriotisme et la loyauté, le respect du Canada ou le soutien au gouvernement, l’activité au sein d’un groupe religieux, le respect de l’environnement, le fait de ne pas imposer les valeurs d’un autre pays au Canada et de parler français ou anglais.

Le bilinguisme moins important

À ce sujet, les Canadiens sont plutôt divisés. Environ 56 % des Canadiens considèrent que le bilinguisme est très important ou un peu important, alors que 41 % des Canadiens estiment que parler français et anglais n’est pas très important, ou pas important du tout pour être un bon citoyen.

En revanche, les Canadiens s’entendent sur l’importance de sujets comme l’égalité des sexes, la tolérance de la différence, le respect des religions, l’importance de voter et la protection de l’environnement. Par exemple, 95 % des Canadiens estiment que le traitement égal des hommes et des femmes est très important pour être un bon citoyen, tandis que 82 % estiment que le vote lors d’élections et la tolérance et le respect envers la différence sont très importants.

Des résultats similaires pour les Canadiens nés au pays et à l’extérieur

Le sondage compare également les réponses des Canadiens de souche et ceux nés à l’étranger et suggère que les conceptions sur la citoyenneté et sur l’immigration entre les deux groupes sont similaires.

Les personnes interrogées nées au Canada ou à l’extérieur du pays sont tout aussi susceptibles de se sentir comme des citoyens à part entière (78 % contre 75 %).

Par ailleurs, 88 % des répondants nés hors du Canada disent se sentir très fiers d’être Canadiens, comparativement à 81 % de ceux qui sont nés ici.

Pour Gillian Hewitt Smith, directrice générale de l’Institut pour la citoyenneté canadienne, cette uniformité des opinions par rapport aux valeurs canadiennes est une très bonne nouvelle pour le Canada. « On ne peut pas dire ça d’ailleurs au monde », affirme-t-elle.

L’enquête révèle par ailleurs que la majorité des Canadiens semblent ne pas voir d’inconvénient avec la double nationalité (70 %) ou avec les citoyens canadiens vivant à l’étranger (64 %).

Les Québécois moins impliqués dans la communauté

Le sondage compare en outre les réponses entre les citoyens canadiens des différentes régions du pays.

Les résultats indiquent en outre que les Québécois accordent moins d’importance au bénévolat (38 % contre 49 % pour la moyenne nationale) et à l’implication active dans sa communauté (37 % contre 51 %).

Également, 40 % des quelque 600 Québécois sondés considèrent que le bilinguisme est « très important » pour être un bon citoyen, contre 16 % en Ontario, 12 % dans les provinces de l’Atlantique et 10 % dans les prairies et en Colombie-Britannique.

L’enquête a été réalisée par téléphone auprès de 2376 Canadiens du 18 novembre au 17 décembre 2011. La marge d’erreur est de 2 %, 19 fois sur 20. La marge d’erreur des données régionales est de 3,9 % au Québec et en Ontario, 4,4 % dans les Prairies, 5 % en Colombie-Britannique et 6,2 % dans les provinces de l’Atlantique.

Comments are closed.